Hypnose, les principales méthodes hypnotiques

 

 

Il existe en effet plusieurs méthodes d'hypnose, plusieurs façons de se servir des "états modifiés de conscience", que l'on appelle par ailleurs "états hypnotiques" ou encore « transe hypnotique ».

 

Quelle que soit la forme d'hypnose utilisée, le thérapeute peut parvenir à aider son patient. Cela signifie que les différentes techniques d'hypnose sont réellement efficaces. Elles agissent cependant à différents niveaux. C'est pour cette raison qu'il est nécessaire à tout bon thérapeute, de parfaitement connaître et de savoir manipuler toutes ces variantes techniques, afin de pouvoir choisir en fonction du patient la mieux adaptée car chaque personne et chaque cas sont différents. C'est au thérapeute d'adapter ses "outils" à son patient pour la réussite de la thérapie demandée et l’atteinte de l’objectif souhaité.

 

Le hypnothérapeute pourra donc choisir entre 5 techniques d'hypnose :

 

- L'hypnose dite traditionnelle, ou hypnose classique, la plus ancienne en 1841, celle qui est aussi utilisée dans l’univers du spectacle. Elle se veut volontairement autoritaire et directive ; les suggestions hypnotiques sont directes et la thérapie va droit au but, sans détour. Cet aspect attire un certain nombre de personnes, impressionnées par le côté spectaculaire de l'influence du thérapeute sur son patient. 

 

- L'hypnose ericksonienne, développée vers 1930 par Milton Erickson. La plus populaire mais aussi la plus mal connue. L'hypnose ericksonienne a perfectionné les outils de l'hypnose traditionnelle pour les rendre invisibles, indirects, subliminaux. Elle peut avoir gardé un aspect dirigiste mais, nouveauté intéressante, elle a donné une nouvelle dimension à l'utilisation des mots, afin de s'adapter à n'importe quel patient, non plus en suggestions directes, comme une sorte de médicament donné à la personne, mais en oeuvrant pour que cette dernière enclenche par elle-même de profonds processus de changement et de guérison. Milton Erickson, maître incontesté de cette nouvelle approche à qui il a donné son nom, a su utiliser le langage (le fameux "Milton modèle") afin de diriger ses patients vers leur inconscient en leur laissant une certaine forme "d'autonomie illusoire" (utilisation des présuppositions et double-liens). Le thérapeute ne lâche pas son objectif, mais il y met "les formes", grâce à une communication d'influence très travaillée et précise, pour que son patient aille où il le souhaite : vers la guérison. Nous restons toutefois beaucoup, avec cette forme d'hypnose, dans un domaine purement médical ou psychiatrique.

 

- La nouvelle hypnose, développée dans les années 75 par les successeurs d'Erickson, notamment Daniel Araoz, et enrichie par la PNL (Programmation Neuro-Linguistique). Elle prend logiquement la suite de l'hypnose ericksonienne, en modélisant les outils de langage extraordinaire de Milton Erickson, et elle la sublime en lui apportant l'idée d'oeuvrer dans un domaine plus vaste, plus humain que purement médical (Milton Erickson était psychiatre et peu porté sur le Développement Personnel).
Toute directivité est volontairement abandonnée dans ce type d'hypnose : plus de prescription, d'amnésie, de suggestions post-hypnotiques... La douceur est reine. Le patient est installé dans un fauteuil confortable, souvent accompagné d'une musique douce, le thérapeute se fait son "serviteur", usant de métaphores éthérées et évocatrices. Un serviteur qui garde toutefois toujours en tête l'objectif de changement de son patient : le mieux être dans tous les domaines, y compris bien sûr la santé. 

 

- L'hypnose humaniste, la plus récente, développée à partir de 2000. Sa particularité fondamentale tient au fait que le thérapeute ne s'adresse plus à l'inconscient du patient mais à sa grande « conscience », que l'on appellera « conscience majuscule". Grâce à une technique d'induction hypnotique inversée, il n'y a plus de dissociation "conscient-inconscient", comme dans les autres formes d'hypnose. A l’inverse d'un endormissement, le patient expérimente un état d'unification, plus éveillé qu'à l'ordinaire, et ne se sent jamais divisé en lui-même, il reste conscient en permanence (aucune de perte de mémoire pendant ou après la séance). Grâce à cette perception élargie de lui-même, il devient possible pour lui de trouver et mettre en place ses solutions. C'est d'ailleurs lui, et non pas le thérapeute, qui intervient durant la thérapie, l'hypnothérapeute n'étant ici qu'un guide et pédagogue. Les sensations, pendant ce type d'expérience et longtemps après, sont particulièrement agréables, légères ; une sérénité durable s'installe, une impression de paix et de compréhension profonde de soi. 

 

- L’hypnose intégrative, ce courant psychothérapique ne privilégie aucune théorie et peut les associer si elles permettent d’être plus efficace pour le patient. Ce type de psychothérapie s’est développé à partir du souci des thérapeutes d’adapter et d’utiliser différentes techniques mixées, théories dans le but d’aider au mieux leur thérapisant. Il convient donc de connaître un certain nombre de psychothérapies, de poser leurs indications et d’évaluer leur efficacité. Il y a refus de s’inscrire de manière privilégiée dans la spécificité d’une approche, considérant qu’elles peuvent toutes apporter des éléments pertinents si elles sont cumulées. 
Les praticiens intégratifs puisent aux diverses approches ce qui leur semble approprié pour aborder la singularité de chaque patient. Il y a refus de s’inscrire de manière privilégiée dans la spécificité d’une approche, considérant qu’elles peuvent toutes apporter des éléments pertinents. Les techniques prennent le pas sur la théorie et sur la méthode : opérer les meilleures combinaisons possibles en vue de la plus grande efficacité. En revanche les tenants de la démarche multiréférentielle favorisent l’articulation entre deux approches ou plus de façon à maintenir la tension de la complexité de chaque être humain et de chaque situation. Ils ne cherchent pas à intégrer entre elles des approches incompatibles mais à créer un jeu entre elles qui maintienne le mouvement. Ils veulent garder à chaque approche hypnothérapeutique son statut d’équilibre provisoire et de connaissance partielle.


Le cabinet d'hypnose et d'hypnothérapie est transféré de Cannes à Mandelieu (06, Alpes Maritimes), idéalement situé à une trentaine de kilomètres de Nice, Saint Raphaël et Fréjus (83, Var).
Consultations à domicile également jusqu'à Monaco.

 

Maître Hypnothérapeute, je traite la perte de poids par la pose d'un anneau virtuel gastrique, l'arrêt du tabac, la confiance et l'estime de soi, l’anxiété, l'angoisse, le stress, le deuil et séparation, les troubles du sommeil, les addictions en tous genres, les traumatismes, les phobies...

 

 

Prendre contact

Pour nous joindre ou prendre rendez-vous, veuillez nous appeler au 06 50 74 95 73 ou utilsez notre formulaire de contact.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Michel Largillière